Passer au contenu

/ Faculté des sciences infirmières

Rechercher

Navigation secondaire

Modèle humaniste des soins infirmiers - UdeM

Ce modèle, développé à la Faculté des sciences infirmière (FSI), ramène au premier plan l’essence même de la profession : une pratique professionnelle humaniste exemplaire, centrée sur la personne et son expérience de santé. Le modèle s’intègre à divers projets d’établissement : mentorat, développement de la compétence professionnelle, relations interprofessionnelles, approches collaboratives, approche patient-partenaire, etc. Il suscite le respect, l’engagement, le professionnalisme et le leadership infirmier.

Le Modèle humaniste des soins infirmiers - UdeM constitue le fondement de tous les programmes de formation à la FSI, et ce, du premier au troisième cycle.

Chantal Cara et autres. « Le Modèle humaniste des soins infirmiers -UdeM : perspective novatrice et pragmatique », Recherche en soins infirmiers 125 (2016) 20-31. (pdf)

Compétence

La « Compétence » s’appuie sur la théorie, le corpus de connaissances de même que sur l’expérience personnelle et professionnelle visant à assurer la sécurité de la Personne et la qualité des soins. Elle intègre un ensemble de compétences.

Les compétences correspondent à la mobilisation dans l’action d’un certain nombre de savoirs (savoirs, savoirs faire, savoirs être) combinés de façon spécifique en fonction du cadre de perception que se construit l’infirmière de la situation.

Elles sont mises en oeuvre dans les différents contextes professionnels (clinique, formation, gestion, recherche, incluant le volet sociopolitique) et empreintes d’humanisme. Elles requièrent, pour leur développement et leur mise en oeuvre, que l’infirmière mène une activité réflexive pendant l’action et après celle-ci.

La pratique réflexive est un processus de développement individuel et collectif qui amène les infirmières à synthétiser, intégrer et amplifier les connaissances en sciences infirmières ainsi que l’expérience acquise. Elle est contextuelle et spécifique à l’environnement, dynamique, délibérée, active et nécessaire au développement de la « Compétence ».

Caring

Le caring s’appuie sur des valeurs humanistes qui influencent nos attitudes, lesquelles guident nos comportements et notre pratique professionnelle, et ce dans tous les contextes. (Par exemple : attitudes de compassion, d’écoute, de compréhension, de soutien, de réciprocité, de collaboration, d’ouverture à l’apprentissage continu, de proactivité, de créativité et d’engagement.)

Le caring est un art et une science :

  • Un art car il origine de l’obligation morale, centrale à la profession infirmière, d’agir selon une éthique déontologique tout en s’appuyant sur l’expérience personnelle et professionnelle;
  • Une science car il provient de la théorie, du corpus de connaissances s’appuyant sur différents types de savoirs : empirique, éthique, personnel, esthétique, émancipatoire et sociopolitique, lesquels s’avèrent essentiels au développement de la « Compétence ».

Il origine d’un engagement conscient et renouvelé d’aider et d’accompagner la Personne à être et à devenir ce qu’elle désire. Il consiste à développer des liens de réciprocité dans l’établissement d’une relation humaniste avec la Personne afin de favoriser sa santé.

Il se reconnaît dans le savoir-agir qui provient d’une cohérence entre le savoir, le savoir-être et le savoir-faire. Cette cohérence se traduit et se perçoit dans les divers comportements qui constituent la pratique quotidienne.

Personne

La personne est au coeur de l’intervention infirmière. Dans le modèle humaniste des soins infirmiers - UdeM, la Personne est un individu, une famille, une communauté ou une population. Elle est unique et comprend plusieurs dimensions interreliées et indissociables (bio-physique, psychologique, développementale, sociale, culturelle, spirituelle…). Elle possède un potentiel et un pouvoir d’agir. Elle est en interrelation continue, réciproque et dynamique avec l’environnement.

Santé

La santé est l’optimisation continue du bien-être, du mieux-être et de l’harmonie de la Personne; ce, d’un point de vue dynamique et multidimensionnel (bio-physique, psychologique, développemental, social, culturel, spirituel). La Personne a une perspective et une compréhension unique de l’expérience de santé/maladie qu’elle vit.

Environnement

L’environnement correspond à tous les aspects qui entourent la Personne : matériel, social, culturel, spirituel, écologique et sociopolitique. Il existe une interrelation continue, réciproque et dynamique entre la Personne et l’environnement et cette interrelation contribue à l’atteinte de son bien-être.

Soin

Le soin réfère à une approche infirmière qui invite la Personne à être partenaire en valorisant, intégrant et reconnaissant l’importance de la signification qu’elle donne à son épisode de santé/maladie ou de transition dans le choix des interventions. Il consiste à accompagner la Personne d’une façon humaine, relationnelle et transformatrice en misant sur son potentiel, en renforçant son pouvoir d’agir et en co-créant un environnement favorable à sa santé. Le but ultime du soin, en plus d’assurer la sécurité de la Personne et la qualité des soins, consiste à contribuer au développement du bien-être, du mieux-être et de l’harmonie de la Personne, tout en préservant la dignité humaine.

Pour en savoir plus sur le Modèle humaniste des soins infirmiers - UdeM :

Dépliant explicatif sur le modèle

Synopsis du modèle humaniste UdeM

La Faculté des sciences infirmières offre une gamme de services visant à faciliter l'implantation du Modèle humaniste des soins infirmiers - UdeM au niveau stratégique et pratique dans les milieux cliniques et académiques. Ces services s’adressent aux gestionnaires de soins, aux infirmières cliniciennes et aux enseignantes en soins infirmiers. Ils sont conçus pour répondre aux différents besoins des milieux de pratique.

Une gamme de services pour l'implantation du modèle